Le maire (PS) de Strasbourg Roland Ries a rencontré mardi à Paris Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Élysée, afin d’aborder avec lui la question de Strasbourg, capitale régionale et européenne. M. Ries a rappelé son « attachement » au statut de Strasbourg dans le cadre de la réforme territoriale. M. Jouyet a assuré que Strasbourg, quelle que soit l’issue de la réforme, « serait naturellement la capitale de la future région ».

Le maire de Strasbourg a suggéré que la capitale alsacienne soit « le premier lieu d’accueil de grandes rencontres européennes et internationales, tels, par exemple, que tous les sommets parlementaires multilatéraux, à l’exemple de la prochaine rencontre de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE qui aura lieu début décembre au Parlement européen ». « Cela permettrait d’optimiser l’usage des locaux du Parlement Européen en dehors des sessions plénières, sachant que le palais des congrès restructuré, modernisé et agrandi offre lui aussi des capacités d’accueil complémentaires de rang international », a expliqué M. Ries.

M. Jouyet a insisté sur le « soutien sans faille » de l’État à l’égard du statut de Strasbourg. Il a indiqué à Roland Ries que l’État français « pèserait de tout son poids pour que Strasbourg devienne une destination incontournable des rencontres européennes ».

Laurent Fabius, que le maire de Strasbourg a également rencontré, a aussi insisté sur ce point. Le ministre des Affaires Étrangères a confirmé « l’attachement indéfectible du gouvernement français au siège du Parlement européen à Strasbourg ». Il a annoncé qu’il « mettrait tout en œuvre pour conforter la vocation de Strasbourg, ville d’accueil de rencontres européennes et internationales ».

Article initial publié dans DNA (Dernières Nouvelles d’Alsace).