En raison de sa vétusté, l’immeuble qui abrite le Parlement européen à Bruxelles pourrait provisoirement fermer pour travaux à l’horizon 2019-2020. L’occasion est trop belle pour que les défenseurs du siège strasbourgeois ne la saisissent pas contre les partisans d’un implantation unique de l’institution en Belgique. En octobre, seize eurodéputés avaient ainsi proposé d’accueillir toutes ses activités dans la capitale alsacienne via, notamment, une optimisation de locaux existants. Roland Ries, le maire (PS) de la ville, vient de renforcer leur proposition en suggérant, en outre, de faire sortir de terre un bâtiment. Annoncé lundi soir en conseil municipal, son plan pourrait se concrétiser sur une parcelle vide au Wacken. Les travaux seraient cofinancés par des promoteurs privés qui loueraient le bien si le Parlement venait à le quitter. L’institution européenne n’a pas encore rendu d’avis sur le sujet. En revanche, Frédéric Bierry (LR) à précisé, hier, que le conseil départemental du Bas-Rhin qu’il préside « est prêt à travailler avec la ville de Strasbourg et l’ensemble des partenaires potentiels à la construction et la concrétisation rapide et adaptée de ce projet ».

Article initial écirt par P. W. paru dans L’alsace.