Les temps sont difficiles pour l’Union européenne confrontée à des périls internes et externes. Tous sont redoutables.

Les périls externes qui ont pour nom terrorisme, immigration, sécurité font ressortir au premier regard une inadaptation des politiques européennes aux problèmes posés :

Schengen de toute évidence pose problème, de même que la coordination européenne – à mes yeux insuffisante – en matière de justice et de police.

Et ne parlons pas ici de la défense européenne toujours espérée, toujours retardée, et jamais aussi nécessaire.

Les périls intérieurs – quoique moins dramatiques au regard du respect de la personne humaine – n’en sont pas moins considérables. Le crise de l’Euro, pour l’instant entre parenthèses, n’en demeure pas moins potentiellement présente. Quant au Brexit, il initie un démantèlement regrettable de l’Union européenne. Les « grandes visions » semblent relever du « bon vieux temps » et c’est la bureaucratie dominante qui tire profit de l’effacement du leadership politique.

Tous ces périls perçus comme des menaces sont en réalité des opportunités exigeant un réaménagement en profondeur de l’Union. Allons plus loin. Dans l’intérêt de tous l’Union est à réinventer. Cette belle et noble ambition politique doit être menée avec détermination et méthode. Strasbourg siège du Parlement européen se veut à l’avant-garde de ces réflexions et entend y apporter sa pierre pour une Europe plus démocratique, moins bureaucratique et dotée d’une gouvernance adaptée à ses objectifs.

Catherine Trautmann
Présidente de la Task Force Strasbourg
The Seat, Vice-Présidente de l’Eurométropole de Strasbourg.

Ancienne Ministre, ancienne Députée européenne.